Création d'un nouveau port à Vitry-sur-Seine - 30/09/2014

Situé en bord de Seine à 3 km de Paris, le quartier des Ardoines à Vitry-sur-Seine est engagé dans un programme d'aménagement urbain de très grande ampleur. Intégrée au projet Grand Paris, sa réalisation suppose l'évacuation de plusieurs millions de tonnes de terre et d'importants besoins d'approvisionnement. Des volumes et une localisation propices à la mise en œuvre d'une logistique fluviale à partir d'un nouveau port qui sera opérationnel dès 2016 avec le concours d'Haropa-Ports de Paris.

Le quai partagé du futur port urbain des Ardoines à Vitry-sur-Seine © EPA Orsa

Pilotée par l'EPA Orsa*, aménageur du quartier des Ardoines, une étude de faisabilité a confirmé la pertinence de créer un port urbain à Vitry-sur-Seine. Ce projet validé cet été par les partenaires de l'établissement public dont Haropa-Ports de Paris, la Société du Grand Paris, Voies navigables de France et EDF,  mobilise trois implantations le long de la Seine. De 1,5 hectare, la première (baptisée "Pointe EDF") offrira un quai à usage partagé au service de plusieurs chantiers de déconstruction/construction et d'entreprises du territoire. Ce quai "pourra proposer le déchargement de colis lourds et conteneurs, un poste de transit et un bâtiment dédié à la logistique", selon l'EPA.


"Près de 8 hectares d'installations portuaires aux portes de Paris"


Sur un terrain d'environ 1 hectare ("Fusillés"), la deuxième implantation accueillera des activités industrielles liées aux matériaux de construction, type centrale à béton, et probablement une déchetterie urbaine. Ces deux sites sont amenés à être pérennisés et à accueillir des usages variés dont de logistique urbaine. De 5,3 hectares, la troisième implantation ("Arrighi") recevra une plateforme de transbordement dédiée à l'évacuation des terres du chantier de la ligne 15 du futur réseau de transport public Grand Paris Express. Au service de la Société du Grand Paris, l'aménageur de ce futur réseau, l'activité de cette troisième infrastructure s'arrêtera avec la fin des travaux de la ligne. 

Planning serré 

Sur cette base, Haropa-Ports de Paris a lancé les études techniques, économiques, architecturales et paysagères du projet. Achevées entre fin 2014 et 2015, elles permettront l'ouverture dès 2016 de la plateforme de transbordement servant à l'évacuation des terres excavées par la Société du Grand Paris, et à l'approvisionnement des équipements nécessaires à la construction de la nouvelle ligne dont les voussoirs. Un an plus tard, l'EPA Orsa envisage la réalisation du quai à usage partagé sur la Pointe EDF, et du port industriel destiné aux matériaux de construction sur le terrain des Fusillés. Le tout avec une livraison en 2018 ! 
En plus de la Société du Grand Paris, plusieurs entreprises ont manifesté leur intérêt pour ces futures installations portuaires aménagées à proximité de deux faisceaux ferrés existants, et desservies par un réseau routier dense. À commencer par EDF dont l'usine sur le site des Ardoines sera démantelée et reconstruite. À l'origine d'un flux local de 80 camions par jour, le groupe Stef s'est également positionné tout comme Air Liquide pour le transport de colonnes d'air comprimé. Lesquelles sont acheminées aujourd'hui en convois exceptionnels vers le port de Bonneuil-sur-Marne après la traversée de plusieurs communes franciliennes... 

* Établissement public d'aménagement Orly Rungis Seine Amont

 

Haropa, partenaire de la Société du Grand Paris 

Au service du chantier de la ligne 15 du réseau Grand Paris Express, la plateforme de transbordement fluviale des Ardoines à Vitry-sur-Seine s'inscrit dans le cadre du schéma directeur d'évacuation des déblais de la Société du Grand Paris. Ce dernier a pour objectif d'établir une logistique durable, privilégiant les modes alternatifs à la route, pour la construction du futur réseau de transport public à l'origine de 20 à 30 millions de m3 de terre à évacuer ! Pour sa mise en œuvre, la Société du Grand Paris a signé avec Haropa-Ports de Paris une convention qui engage les deux parties à recourir au mode fluvial en priorité. En plus de l'utilisation du réseau portuaire francilien existant, le schéma d'évacuation prévoit la création de trois autres plateformes de transbordement à l'île de Monsieur (92), Grésillons (92) et Aubervilliers Canal (93). Sur le seul site des Ardoines, 1,2 million de tonnes de terre seront évacuées par voie d'eau évitant la circulation de 50.000 camions sur les routes franciliennes.

Érick Demangeon


in http://www.lantenne.com/ 24/09/2014

Retour