Fièvre Ebola : le port d’Abidjan sous tension - 22/08/2014

Avec un trafic de 21,4 millions de tonnes en 2013, le port d’Abidjan est le poumon de l’économie ivoirienne. Ici, le déchargement d'une cargaison de riz. (Photo Port autonome d'Abidjan)

L’épidémie de fièvre Ebola, qui touche quatre pays d’Afrique de l’Ouest, pourrait avoir des répercussions sensibles sur les activités portuaires de toute la sous-région. Signe de la nervosité ambiante, le port autonome d’Abidjan a levé le jeudi 14 août une mesure de suspension de l’entrée des navires en provenance des pays touchés par la fièvre hémorragique Ebola, trois jours après sa mise en vigueur.

"La mesure relative à l’entrée des navires en provenance des pays affectés par la fièvre hémorragique Ebola est levée", indique la circulaire en date du jeudi 14 août de la direction générale du port d’Abidjan destinée aux armateurs, consignataires et assureurs de navires.

"Tout navire qui remplit les conditions contractuelles habituelles peut rentrer au port d’Abidjan s’il le désire", ajoute le texte. Celui-ci précise que les mesures sanitaires réglementant l’accès des navires en provenance des zones où sévit la fièvre Ebola seront communiqués "ultérieurement".

La pression des opérateurs économiques expliquerait la volte-face du port autonome d’Abidjan. La menace que représente la fièvre Ebola reste cependant présente dans toutes les têtes. Ainsi, selon le site internet du quotidien ivoirien Soir Info, les 22 pilotes du port autonome refusent actuellement de monter à bord des navires, même avec des équipements adaptés, pour les faire accoster. Ils demandent que ceux-ci fassent l’objet au préalable d’une inspection par l’Institut national d’hygiène publique.

Avec un trafic de 21,4 millions de tonnes en 2013, le port d’Abidjan est le poumon de l’économie ivoirienne. Son trafic contribue à 90 % des recettes douanières du pays et à 60 % du revenu de l'État. Les pilotes servent environ 600 navires annuellement (entrées et sorties), soit une moyenne d’une vingtaine par jour.

in www.lemarin.fr 21/08/2014

Retour