L'américain Carnival va aider la Chine à construire des paquebots de nouvelle génération  - 16/10/2014

Le "Carnival Breeze" en construction en 2011 aux chantiers Fincantieri de Monfalcone, en Italie. (Photo Carnival)

Le premier croisiériste mondial, l'américain Carnival Corporation, va aider la Chine à se doter de chantiers navals capables de construire des paquebots de toute dernière génération, une spécialité jusqu'ici réservée à l'industrie européenne.

Ce rapprochement entre le n°1 mondial de la croisière et le n°1 chinois de la construction navale vise le développement de la croisière en Chine, les officiels chinois ayant l’ambition de porter le nombre de croisiéristes originaire du pays à 4.5 millions d’ici 2020 selon les projections les plus optimistes du ministère des Transports.

Plus concrètement, l’accord envisage la création d’une co-entreprise à trois en associant le constructeur italien Fincantieri. Le groupe américain pousse ainsi son constructeur attitré à partager son savoir-faire avec le groupe public chinois de construction navale. Un transfert inéluctable et qui n’est pas forcément négatif selon certains analystes.

"D’ici cinq ans, les constructeurs chinois auront les capacités de construire des paquebots, mais ils auront toujours besoin des constructeurs et équipementiers européens. Il y aura pour eux des possibilités nouvelles de co-entreprises pour des productions sous-licences", estime Raoul Jack, consultant britannique spécialisé chez PFJ Maritime. Un optimisme pas forcément partagé par les intéressés.

Sur les 180 paquebots neufs construits ces trente dernières années, tous ont été réalisés en Europe, hormis trois navires construits au Japon par Mitsubishi. Mitsubishi qui va d’ailleurs perdre de l’argent sur deux paquebots commandés en 2011 par Carnival pour sa filiale allemande Aida Cruises.

En associant Fincantieri à CSSC, Carnival espère écarter ce risque de ratage industriel sur des navires bien plus complexes à construire que les traditionnels vraquiers et porte-conteneurs qui font toujours l’essentiel de l’activité de CSSC.

In http://www.lemarin.fr/ 16/10/2014

Retour