La double étrave : nouvelle révolution à l'offshore? - 14/10/2014

« Nous l’avons baptisé Twin-Bow (NDLR : étraves jumelles), en regardant les images vous comprendrez pourquoi ». Stian Teige est le jeune patron d’Oilcraft, une société de design et d’architecture navale récemment créée à Ålesund, au cœur du temple de la construction offshore de Norvège. « L’idée de me lancer dans cette société m’est venue après avoir remporté un concours organisé par la société de classification DNV-GL pour mon concept Twin-Bow ».

La double étrave (© OILCRAFT)

En Norvège et dans la région d’Ålesund en particulier, cela fait 40 ans que les architectes navals dessinent des navires offshore. Il y a presque 10 ans, le chantier Ulstein, situé dans la ville voisine d’Ulsteinvik, a révolutionné les concepts en présentant son étrave inversée, le X-Bow. Quelques années plus tard, les designers de Rolls-Royce, eux aussi installés dans le coin, ont sorti l’étrave perce-vague, Wave Piercer.

Le X-Bow d'Ulstein (© ULSTEIN)

 

Le Wave Piercer de Rolls-Royce (© ROLLS-ROYCE)

Stian Teige évolue dans cette effervescente innovation navale depuis quelques années. Il ne se cache d’ailleurs pas qu’il s’en est inspiré pour sa nouvelle idée. « Le Twin-Bow, c’est la combinaison des avantages des design X-Bow et Wave Piercer », explique-t-il. L’étrave située au-dessus de la ligne de flottaison est ainsi destinée à « soulever » le flux d’eau, tandis que celle de dessous va écarter l’eau rapidement. « Les essais en bassin de carène ont démontré l’efficacité du concept, la diminution de la résistance et la stabilité qui en découlait pour le navire ».

 

(© OILCRAFT)

Une démonstration suffisamment efficace pour que la jeune société ait déjà été courtisée par LMG Marin, une des plus importantes sociétés d’ingénierie marine norvégienne, avec laquelle elle a créé une joint-venture, précisément destinée à la commercialisation de ce nouveau design. « Cette nouvelle structure va nous permettre de nous positionner sur l’ensemble des segments des navires offshore ».

Oilcraft a, en effet, dessiné des plans pour un nombre impressionnant de bateaux : navires de construction, ravitailleurs de type PSV, des transporteurs de poissons vivants, des releveurs d’ancres, des navires d’inspection, maintenance et réparation… et puis il y a le sismique, sur laquelle la jeune société a beaucoup travaillé. « Nous avons finalisé un design de trimaran sismique, qui a déjà suscité beaucoup d’intérêt ».

Le trimaran sismique (© OILCRAFT)

Selon Stian Teige, la combinaison de la double-étrave et du multicoque est idéale pour la navigation d’acquisition sismique, « avec une stabilité accrue, due aux possibilités de ballastage dans les coques latérales et à la discontinuité des volumes ». D’une longueur de 107 mètres, le navire, d’une capacité de 20 streamers, aurait une largeur totale de 46 mètres et un tirant d’eau de 6.9 mètres. Il est conçu pour accueillir 70 personnes et serait propulsé par quatre moteurs de 4500 KW. « Nous avons également travaillé sur des améliorations pour le pont, avec notamment un hélideck placé au-dessus de la passerelle pour une meilleure visibilité et davantage de place sur le pont ». Un concept sur lequel l’architecte place beaucoup d’espoir, malgré la morosité actuel du secteur sismique. « Nous avons déjà signé une lettre d’intention pour six navires, qui n’ont finalement pas pu être financés. Mais nous avons de nombreux autres contacts qui pourraient aboutir dans le secteur ». 

Le trimaran sismique (© OILCRAFT)

Le trimaran sismique (© OILCRAFT)

In http://www.meretmarine.com/ 08/10/2014

Retour