Le remorquage du "Costa Concordia" mobilise les corses - 28/07/2014

Remorqué par le "Blizzard" et le "Resolve Earl", le "Costa Concordia" a enfin quitté l'île de Giglio, deux ans et demi après s'y être échoué. (Photo : Francesco Marinari)

Le mercredi 23 juillet vers 11h, le Costa Concordia s’est lentement éloigné de l’île de Giglio pour son dernier voyage. Le paquebot devrait arriver au port de Gênes aux alentours du dimanche 27 juillet, au terme d’un périple de 280 km.

Le convoi se compose de 14 navires et se déplace à une vitesse moyenne de deux nœuds. L’épave est tractée par deux remorqueurs de haute mer, le Blizzard et le Resolve Earl, tous deux longs de 70 mètres et d’une puissance de traction respective de 140 et 135 tonnes.

Le Costa Concordia est arrivé à proximité des côtes corses le jeudi 24 juillet vers 7 h. Dans l’après-midi, l’envoi d’une « flottille citoyenne » a été organisé par Gilles Simeoni, le maire de Bastia, pour protester « symboliquement » contre le remorquage du paquebot à moins de 25 km des côtes corses. L'épave contiendrait en effet 163 tonnes d’hydrocarbures et plus de 150 000 m3 d'eau polluée.

Par ailleurs, jeudi en fin d’après-midi, Ségolène Royal s’est rendue à bord du Jason, navire antipollution de la Marine nationale mobilisé pour escorter le Costa Concordia le long de la Corse.

Si des inquiétudes ont été émises par des élus corses et certaines ONG comme Greenpeace, l’association écologiste Robin des bois a tenu à saluer la prouesse technique de l’opération et estime que le risque écologique a été minimisé. Un constat partagé par Éric Banel, délégué général le d’Armateurs de France, pour qui « toutes les précautions ont été prises par les autorités italiennes ».

in www.lemarin.fr 24/07/2014

Retour