SNCM : deux jours de négociations ardues pour éviter le tribunal de commerce  - 09/07/2014

Le médiateur Gilles Bélier a passé hier une nouvelle journée de négociation avec les syndicats et la direction de la SNCM, ainsi qu’un représentant de l’actionnaire Transdev, Jean Bordeaux Montrieux. Sans mandat, ce dernier a demandé à plusieurs reprises d’interrompre les pourparlers pour en référer à la direction générale de la filiale de Veolia et de la Caisse des dépôts. Alors qu’un protocole d’accord semblait sur le point d’aboutir sous les bons offices du médiateur, une 5e suspension de séance en fin d’après-midi a semé le trouble. Point de blocage : le refus de Transdev et de son actionnaire Veolia d’éviter le passage de la SNCM par une procédure de redressement judiciaire et sa volonté d’utiliser les 60 millions d’euros sous séquestre issus de la prime d’assurance du Napoléon Bonaparte pour un plan social dans le cadre d’une procédure collective devant le tribunal de commerce.

Les participants ont attendu jusqu'à minuit le retour du médiateur avec la position de Transdev-Veolia mais se se sont séparés au bord du constat d'échec. « C'est dire le mépris et le cynisme de ces gens-là pour les hommes, les femmes de ce pays et les territoires », tonne la CFE-CGC qui rappelle que la Caisse des dépôts et consignation est le premier actionnaire de Veolia et de Transdev. « L'échec de la médiation à ce stade serait un camouflet de plus pour ce gouvernement et Manuel Valls en personne. »

Un nouveau rendez-vous en préfecture est fixé pour ce matin 9 h 30.

Les syndicats ont prévu de se retrouver avant en assemblée générale à bord du ferry Danielle Casanova pour se prononcer sur la suite du mouvement à l’issue de 15 jours de grève. Hier soir, le Premier ministre a appelé sur TF1 à la fin du conflit. « Il faut que la grève s'arrête parce que chaque jour qui passe, non seulement pour Marseille et la Corse c'est insupportable, mais l'entreprise elle même est en danger de mort », a déclaré Manuel Valls.

Des espoirs de reprise semblaient néanmoins apparaître hier soir dans la mesure où la Méridionale a reprogrammé sur Marseille à partir de ce mercredi 9 juillet la rotation de ses navires Piana (arrivée prévue à 21 h) et Girolata (arrivée prévue le 10 juillet à 13 h) jusqu’alors exploités sur Toulon.

En Corse, à l’issue de l’ultimatum adressé lundi soir par les socioprofessionnels pour exiger le déblocage du Kalliste, le 3e navire de la Méridionale, une vaste manifestation devrait être organisée ce matin si la poursuite de la grève était décidée.

in www.lemarin.fr 08/07/2014

Retour